Réseaux sociaux
dans  BODY

Demain j’arrête (de fumer) J + 21

Publié par Charlie | Commentaires :1 | 27 septembre 2015

Voilà 21 jours que j’ai arrêté de fumer. Ce n’est pas grand chose, peut-être, après toutes ces années à encrasser mes poumons, mais c’est déjà pas mal. Il paraît que c’est le temps qu’il faut pour acquérir une nouvelle habitude… et donc sans doute pour en perdre une mauvaise !

Il y a deux ans, j’avais acheté une cigarette électronique, que j’avais rapidement délaissée pour reprendre mes vraies cigarettes et leur vraie fumée. 80 € jetés par la fenêtre.

Cette année, j’ai décidé d’arrêter de fumer avec un peu d’homéopathie, pas mal de sport, et beaucoup de bienveillance. Vous avez pu lire l’épisode 1 ici, écrit dans le feu de l’action des premiers jours. Avec trois semaines de recul, je vous raconte comment ça se passe pour moi.

tabac cigarette tabou lunettes soleil rayban fille

Ghetto Charlie O’clope

Les trois premiers jours sont réellement les pires : j’ai cru devenir cinglée tellement le manque est puissant. J’ai arrêté de fumer en ne rachetant pas de feuilles à rouler ; j’ai donc retourné méthodiquement tout mon appartement à la recherche d’une feuille égarée. Pas trouvée : ouf !

♥ Ma kinésio n°2 m’avait dit que fumer cache toujours autre chose, et que si on va mieux, on arrête de fumer tout seul, tranquillement. Elle a dû sentir mon désarroi, car elle m’a aussi conseillé Tabacum en homéopathie. J’en ai pris 4 ou 5 granules quand l’envie de cigarette se faisait carrément oppressante, les 4 premiers jours. Depuis, je n’en ai plus eu besoin, mais je garde le tube dans mon sac au cas où : ça me rassure, surtout quand je me prépare à rejoindre des amis fumeurs.
D’autres naturopathes conseillent plutôt Caladium et Argentum nitricum apparemment efficaces sur la dépendance et la toux du fumeur. Il paraît qu’on peut aussi demander à son pharmacien une préparation sur mesure, fabriquée à partir de son tabac préféré. Si vous avez essayé l’un ou l’autre, n’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires !
L’avantage de l’homéopathie, à mon avis, c’est qu’on ne garde rien de l’habitude nicotinique : ni geste, ni goût, ni odeur… ni nicotine. Mais les granules occupent la bouche le temps de fondre, et ça, j’ai apprécié. Un ami m’a conseillé de tirer sur une clope imaginaire, deux doigts collés aux lèvres. On a l’air con, mais ça marche !

♦ J’ai pris réellement conscience du rôle que jouait la cigarette dans ma vie en m’en passant : coupe-faim, coupe-nerfs, coupe-solitude, coupe-temps… C’était comme une petite béquille toujours à disposition. Il me faudra plus que 3 semaines pour être tout à fait d’aplomb, fonctionner confortablement et recréer tous mes repères sans clope.

Déjà, mes envies perpétuelles de manger se sont apaisées… Ou alors je me suis déjà habituée à manger davantage, faut voir ! En tout cas, cette impression me rassure, parce que j’ai été quelques jours vraiment inquiète à l’idée de grossir et de ne plus rentrer dans mes fringues (malheur suprême !!).

Une de mes amies m’a dit qu’au bout de 10 jours, on voyait déjà à mon teint que j’avais arrêté de fumer : super motivant ! Malheureusement, et alors que la cigarette est plutôt connue comme excitante et comédogène et que je pensais donc dormir comme un loir et récupérer une peau encore plus belle, je cumule les nuits agitées, les réveils nocturnes à répétition, affichant du coup cernes jusqu’au menton et traits tirés. Ajoutez à tout ça quelques boutons (pourquoi tant de haine ?), et vous comprendrez que je ne me sente pas au top en ce moment. J’me sens pas belle, avec Marina Foïs, est un de mes films préférés. Je pense le revoir un de ces soirs, histoire de rire un bon coup de mon propre blues ! En espérant que ça ne dure pas trop…

♠ Le principal danger avec l’arrêt de la clope, pour moi du moins, c’est l’alcool. La première semaine, je me suis même demandé si la nicotine ou la fumée absorbait une partie de l’alcool ingéré… Ça a fait hurler de rire une de mes amies, qui m’a dit que non, certainement pas : c’est juste que je lève le coude deux fois plus vite que d’habitude, n’ayant apparemment rien de mieux à porter à mes lèvres. Du coup, je suis surprise par mon propre état d’ébriété à chaque soirée, et comme je me plaisais à me croire non pas alcoolique mais alcoophile, je ne suis pas spécialement fière de moi. Il paraît qu’il faudrait alterner un verre de vodka vin, un verre d’eau, mais je ne m’en suis encore jamais montrée capable.
Ma solution sécurité soirée, pour le moment : dormir sur place / inviter les amis chez moi.

♥ Je me sens libre ! Et c’était ça, mon vrai but, avant le souffle, la peau, la santé… La liberté. J’ai souvent l’impression de partir de chez moi les mains dans les poches. Mes vérifications sur le pas de la porte se sont considérablement allégées : plus de tabac, de feuilles, de filtres, de feu. Ne plus m’inquiéter de savoir si j’ai « assez » pour la soirée ou le week-end, c’est aussi une vraie légèreté en plus dans ma vie. Je me surprends à sourire aux tabacs que je croise sur mon chemin, juste parce que je n’en ai plus besoin.

Toi qui a arrêté de fumer avant moi, toi qui aimerais bien passer ce cap un de ces jours, on se retrouve dans les commentaires ! Bisous !

Commentez sur Facebook
facebook
twitter
googleplus

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez connectés !

Recevez la newsletter avec mes dernières actualités sur le blog, les promotions ou les nouveautés sur la boutique !
 

Je m'inscris

Sur instagram