Réseaux sociaux
dans  CULTURE,  LES AMIS

Les rêves de Théa R.

Publié par Charlie | Commentaires :0 | 23 février 2014

Si vous me suivez sur Facebook, vous savez déjà que j’ai prévu de vous parler des BD de Théa Rojzman, une auteure-dessinatrice que j’admire énormément. J’ai beaucoup hésité sur la façon d’aborder ce « sujet ». Je me suis demandé quel livre vous présenter en premier : le premier, qui a une place toute particulière dans ma vie ?

couverture Carnet de Rêves BD Théa Rojzman

Après mûre réflexion, je vous présente aujourd’hui la deuxième « bédé » de Théa, son premier livre en solo : Le Carnet de rêves. Je vous en avais déjà parlé (ici), le rêve et son écriture, sa mise en scène, sont des sujets qui me passionnent. En outre, je pense que ce livre devrait, aujourd’hui, faire partie des lectures « recommandées » pour approfondir notre réflexion quant à une certaine affaire entre haine et liberté d’expression.

Je dis « bédé » avec des guillemets : ne vous attendez pas, en ouvrant un livre de Théa, à lire une BD classique, avec des cases et des bulles, un début, une fin et une intrigue. Un héros et des personnages secondaires. Elle fait plutôt dans la Bédé-poésie. Je ne vais pas sauter ici à pieds joints dans la mare de la définition des genres de BD, de littérature. Ça ne m’intéresse que très peu, ce genre de choses, mais, si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à lire les interviews que Théa a données : au Comptoir de la BD, sur Kinorama ou encore à la BDthèque.

Nous, on va regarder plus en détail ce bouquin qui n’est rien d’autre qu’une œuvre d’art.

 C’est quoi ce Carnet de rêves ?

Publié en 2009 par La Boîte à Bulles, maison que j’affectionne pour son courage éditorial, ce livre de 96 pages s’ouvre sur un poème de Charles Baudelaire : la classe internationale. Le « récit » est découpé en 3 chapitres : « Je », « Nous » et « L’autre ».

« Je » est Laura, une jeune femme qui reçoit, pour ses 25 ans, une mystérieuse lettre anonyme lui confiant le carnet de rêves que sa grand-mère tenait en 1936, quand elle avait 25 ans elle aussi. Elle ne se demande pas plus que cela qui détenait ce carnet auparavant, de qui, comment, que sais-je… Personnellement, lectrice assidue de Modiano, je ne peux m’empêcher de ressentir la piqûre de la curiosité non satisfaite… et j’adore ces mystères !

Théa Rojzman Carnet de rêves BD

Je lis : « Rêve du 2 janvier 1936, mes yeux sont troués et je suis chauve, on dirait que je suis morte… »

En fait, Laura est happée par ce carnet et les récits de rêves qu’il contient, ces rêves qui révèlent les circonvolutions de l’inconscient de sa grand-mère. Laura, comme sa grand-mère, est juive. Leurs rêves sont habités par leurs peurs, leur histoire personnelle, inscrite dans l’histoire de leur peuple et du monde. Laura rêve, à son tour. Tout se mélange : ses peurs, celle de l’ancêtre, les peurs des autres, leurs injonctions au silence et… le livre « dérape » (dixit La Boîte à bulles).

Laura est en colère, convoque son auteur et l’engueule carrément. On bascule dans une mise en abyme teintée d’humour et d’autodérision. Théa met en scène le dialogue intérieur de l’artiste. L’artiste crée, fait exister des mondes, des gens, invente la vie qu’il veut. Théa nous parle de l’écriture du livre dont nous tournons les pages. De ses doutes et de ses jubilations de « bon Dieu » : de créatrice.

Drôle de voyage que ce Carnet de rêves. On sent que Théa s’est « lâchée », est allée au bout de l’idée d’écrire sur les rêves, tous les rêves, ceux du sommeil et ceux qui amènent à créer, à grandir, à inventer, qu’on ne distingue pas toujours clairement les uns des autres. On est pris par cette exploration intérieure, ces questionnements sur la vie, la mort, l’amour, car ses thèmes sont universels et nous touchent profondément.

C’est une des grandes forces des livres de Théa, à mon avis : ils révèlent l’unicité d’un être humain dans sa ressemblance à tous ses frères. En elle comme dans le monde, elle voit le meilleur et le pire. Et, comme elle, on voudrait pouvoir choisir ce qui existe, donner toute sa place au meilleur, on voudrait effacer le pire. On voudrait parfois être libre de cette Histoire si pesante et pleine de massacres.

Mais Théa ne fait pas qu’écrire, elle peint… J’ai l’impression qu’à me lire, on l’oublierait presque !

Ce qui m’a séduite au premier regard, au premier livre de Théa que j’ai tenu dans mes mains, c’est la liberté et la sincérité que révèle son style. J’aime ses visages parfois déformés, parfois angéliques aux grands yeux écarquillés. Ses dessins sont des émotions, trempées d’eau, d’encre et de peinture et jetées sur le papier. Ce Carnet, en particulier, montre un travail sur la texture, la transparence et les couleurs qui ravit mes yeux et me touche particulièrement.

Carnet de rêves Théa Rojzman BD

Je vous invite à regarder quelques-unes de mes pages préférées de ce livre dans la galerie en bas de l’article !

Ci-dessous, 6 tableaux qui ont fait partie de sa dernière exposition à Angoulême, et qui n’ont pas encore trouvé preneur : un coup de bol pour vous qui ne connaissiez pas Théa avant et pouvez encore accrocher une de ses toiles dans votre salon !
Personnellement, (haaaa si j’étais riche !) j’en prendrais deux ou trois avec grande joie ! (C’est bientôt mon anniversaire, je précise donc un peu cette pensée : Allez hue, A etc., Marécage. Par exemple.)

Théa Rozjman, Marécage (61x46cm)

Théa Rojzman, Marécage (61x46cm)

Théa Rozjman, Fenêtre sur cour (65x54cm)

Théa Rojzman, Fenêtre sur cour (65x54cm)

Théa Rozjman, Aïe (55x46 cm)

Théa Rojzman, Aïe (55×46 cm)

Théa Rozjman, Red shoes (65x54cm)

Théa Rojzman, Red shoes (65x54cm)

Théa Rozjman, A etc. (61x50cm)

Théa Rojzman, A etc. (61x50cm)

Enfin, Théa prépare actuellement une exposition en lien avec son dernier livre Chacun porte son ciel et a besoin d’aide pour la monter. Il s’agit d’un très beau projet dont j’espère que nous aurons l’occasion de reparler, mais pour cela il faudrait qu’il puisse voir le jour ! Pour en savoir plus, c’est par ici.

J’espère que cet article vous aura plût ET intéressé (ambitieuse que je suis !), car j’ai bien envie de vous montrer d’autres livres que j’aime d’amouuuuur !
Bon dimanche !

Commentez sur Facebook
facebook
twitter
googleplus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez connectés !

Recevez la newsletter avec mes dernières actualités sur le blog, les promotions ou les nouveautés sur la boutique !
 

Je m'inscris

Sur instagram