Réseaux sociaux
dans  SPIRIT

3 mois sans alcool ni tabac – bonnes résolutions et passage à l’acte

Publié par Charlie | Commentaires :2 | 27 décembre 2016

Bonjour mes petits chats !

J’espère que vous avez passé un merveilleux Noël, plein de douceur, de lumière, de chaleur, de mets délicieux, de champagne et de bisous. Bon, et de cadeaux hyper bien choisis, aussi !

À peine Noël achevé, comme tous les ans, c’est reparti mon kiki pour le Nouvel An ! Et peut-être êtes-vous déjà en train de réfléchir à vos bonnes résolutions… Qui ressemblent peut-être beaucoup aux miennes ces dernières années : arrêter de fumer !

Gérard, mon génial prof de yoga, me raconte qu’il y a deux pics de fréquentation de ses cours : septembre-octobre et janvier-février… mars, allez, il y en a un peu plus, je vous le mets quand même ! En décembre, j’ai carrément eu droit à un cours particulier !
Personnellement, je fais partie des résolutionneurs de septembre, mon cerveau ayant visiblement bien conservé l’empreinte du rythme scolaire. Mais vous êtes nombreux à résolutionner en janvier, et ça tombe bien, mon expérience de septembre pourrait vous aider ou vous inspirer, c’est pourquoi je reviens dessus.

Méditation Vipassana ou l’élément déclencheur

meditation vipassana zen tabacFin août, le 24 pour être précise, je suis arrivée au Dhamma Mahi et j’ai monté ma tente pour y passer ma première nuit. C’était le jour 0 de mon premier cours Vipassana. (Je vais consacrer un article (et peut-être même une vidéo !!) à ce cours Vipassana de 10 jours, aux différentes étapes que j’y ai franchies : aujourd’hui, je n’aborde que le thème du tabac, et de l’alcool.)

J’ai fumé une dernière cigarette dans ma voiture, juste avant d’arriver au centre et d’abandonner dans ma portière tout mon matériel : tabac, feuilles, filtres… et le précieux briquet, celui qu’on cherche tout le temps partout ! Je savais que j’allais passer les 10 prochains jours sans tabac ni alcool, mais je pensais aussi que j’aurais sûrement très envie de fumer en sortant de ma cure de méditation, et que tout serait là… Je ne comptais pas lutter.

Alcool et tabac, Tweedledum et Tweedledee de la dépendance

Jusque là, alcool et tabac étaient deux choses tout à fait distinctes dans mon esprit. J’étais dépendante au tabac, pas à l’alcool.

tabac cigarette tabou lunettes soleil rayban fille

Pourtant, ma consommation d’alcool me posait question depuis déjà plusieurs années : alcoolisme social, ou mon incapacité à voir des amis sans boire un verre. La consommation quotidienne d’alcool de mon ex-compagnon avait mis du temps, mais fini par m’inquiéter, et me faire prendre conscience de mon caractère influençable sur ce sujet : incapable de résister à l’apéro, ennuyée par le jus de tomate, conquise par le champagne et tout (ou presque) qui lui ressemble. On en rigole, je crée même une page Facebook « Je ne suis pas alcoolique, je suis alcoophile », mais dans le fond… Je m’interroge.

24 heures après mon arrivée au centre Vipassana, je regagne ma tente en pensant que « normalement », c’est un moment que je passerais clope au bec, mais l’image mentale de moi en train de fumer me semble étrange, pas possible. C’est bizarre, c’est la première fois que j’ai cette impression. Je me dis : on verra bien ! Le principe de la méditation telle que je la pratique, c’est d’observer la réalité via ses sensations, sans essayer de modifier quoique ce soit.

48 heures après mon arrivée, impossible de m’imaginer fumer, et l’idée de ne plus boire est présente. Beaucoup d’objections apparaissent : si je ne bois plus, que je ne fume plus, déjà que je ne mange plus de viande depuis 2 ans… Mes amis vont trouver que je suis une emmerdeuse et je vais les perdre ! Je fréquente depuis un mois un homme qui ne boit plus, et hop, je veux arrêter de boire : influençable, encore et toujours, dans tous les sens ! Je n’ai pas de problème avec l’alcool, je ne suis pas dépendante, je n’ai aucune raison d’arrêter ! Est-ce que je saurais encore faire la fête, rire et danser ? Et la meilleure pour la fin : si je reviens en Provence et que je ne picole plus, tout le monde va croire que je suis enceinte… Alors que pas du tout et que personne ne connait encore mon amoureux ! (catastrophe, dis donc ! :D)

Bref, je rigole bien avec toutes mes voix dans ma tête, qui se chamaillent dans tous les sens et que j’entends très précisément grâce à mes 10h de méditation par jour (sans commentaire !).

Il y en a une, au milieu de cette cacophonie, qui semble assez saine d’esprit et ne dit pas de bêtise drôlatique : elle dit qu’on va rester calme, qu’on verra bien à la sortie du cours si on a envie de fumer ou pas, mais que si on ne s’imagine plus fumer et qu’on veut vivre sans tabac depuis des lustres, autant essayer d’arrêter ! Et puis, sans alcool, c’est peut-être plus facile de ne plus fumer, il faudrait essayer pour savoir ! Prenons ça comme une expérience, ça ne m’engage pas pour toute la vie.

vin rouge bordeaux france wine

Atouts et difficultés

Pendant les 10 jours du cours Vipassana, je n’ai pas la sensation de lutter contre le manque. À la sortie, je ne fume pas, l’idée m’écoeure un peu, mais je sens que les effets de l’habitude se font sentir : certains moments sont associés à la cigarette, certaines discussions. Il me faut donc résister au réflexe cigarette. Très vite, je me félicite d’avoir supprimé l’apéro au sens classique du terme, et ce pour plusieurs raisons (cherchez pas, les maths c’est pas mon truc) :

◊ 1+1 = 2 : n’étant pas une grande amatrice de café, j’associe surtout ma cigarette à la dégustation d’une bière bien fraîche ou d’un verre de vin, et à ce moment de convivialité et de papotage ;

◊ 1 = 3 : l’alcool a bien sûr cet effet grisant et décomplexant qui finissait par me faire dire, après quelques verres : oh ça va, juste une taffe… Au moins une. Ce que je regrettais amèrement le lendemain, bien sûr.

◊ 1-1 = 42 : c’est comme si arrêter deux plaisirs en même temps m’avait rendue plus puissante ou solide face à la tentation, comme si résister à l’un quand je disais non aux deux était plus facile. C’est la première fois que j’observe quelque chose de cet ordre, et je n’en avais pas entendu parler, mais croyez-moi c’est une expérience très inspirante !!

Mettre KO la fée Habitudebague-linguot2-charlieoplumes

J’ai assez rapidement compris qu’une fois que j’aurais affronté chaque situation que j’associais profondément à la cigarette, ça deviendrait beaucoup plus facile. Il me fallait créer de nouvelles habitudes sans tabac. J’ai fait mon premier rêve de cigarette avant d’aller chez une de mes chères amies, mon Coquelicot : la dernière fois que j’avais passé la journée chez elle, on avait clopé comme des cheminées en plein hiver !!

Dans mon rêve, je me voyais fumer une cigarette et j’étais choquée, je pensais : « mais pourquoi est-ce que je fais ça ? » Et j’étais triste et déçue.

Au réveil, ça m’a fait très bizarre d’avoir rêvé que je fumais, et ça m’a un peu inquiété car c’était la première fois de ma vie que ça m’arrivait ! Je n’ai réalisé qu’en passant devant le tabac que j’avais dévalisé quelques mois plus tôt le rôle d’avertissement que jouait ce songe : attention, tu ne veux pas fumer. Ma visite s’est très bien passé, j’étais préparée à faire face de nouveau à la tentatrice habitude et j’ai su la déjouer sans difficulté.

Il s’agit en fait de ne plus s’identifier à ses habitudes, ni adopter par mimétisme les habitudes des autres. Il s’agit de se libérer, de grandir libre : ce n’est pas pour rien que ces deux derniers mots sont devenus mon mantra depuis septembre !

Grandir libre !

Comme beaucoup de fumeurs, j’avais très peur de prendre du poids en arrêtant. Dans mon premierrecette pudding dessert petit-dejeuner gouter chia graines fruits article sur ce sujet, je vous confiais que j’étais sans cesse affamée ! Cette fois, pas de problème, c’est comme si ce stage de méditation m’avait permis d’être tellement plus consciente au quotidien que je désamorce les pièges tranquillement : pas de boulimie, je mange bien, à ma faim, super sain, et comme je suis une gourmande je n’hésite pas et je fonce sur le chia-chia pudding aux fruits ! Bref, je me fais plaisir, et HO SURPRISE : j’ai maigri !

Après un peu plus de 3 mois sans alcool ni tabac, j’ai eu envie d’un verre d’un bon vin naturel en grignotant quelques tapas avec l’amoureux, et on a cédé spontanément à ce désir commun avec un naturel parfait. Je me demandais déjà quand et pourquoi je boirais à nouveau de l’alcool et j’avais pensé que ce serait pour Noël, pile poil 4 mois après mon arrivée à Vipassana. Mais ça avait quelque chose de programmé qui ne me plaisait par beaucoup. Pendant un mois, j’ai trinqué de façon exceptionnelle avec des amis, fort surpris de me voir tendre mon verre pour qu’on me serve du vin !

J’apprécie la façon dont mon rapport à l’alcool a changé : ce n’est plus un automatisme, une sorte d’obligation sociale ou conviviale, ni une norme ou un besoin. C’est un choix, et je prête toujours une attention particulière à mes motivations et au contexte : ne pas rester à l’eau ? trinquer ? faire comme les copains ? relâcher la pression ? s’enivrer ? goûter une bouteille prometteuse ? Toutes ne se valent pas… ; -)

Je me laisse donc libre de trinquer au champagne ou à l’eau pour la nouvelle année, selon l’énergie du moment ! Mais je pense ensuite repartir pour 3 mois sans alcool, jusqu’à mon anniversaire peut-être.
Le tabac ne me manque pas du tout, j’ai parfois la sensation que je n’ai même jamais fumé de ma vie… Mais je me méfie encore de me replonger dans mes souvenirs de fumeuse, comme si me réapproprier ces sensations passées risquait de me faire replonger.

 

 

Racontez-moi, vous aussi vous avez arrêté de fumer ? De picoler ? C’est quoi votre technique ?

J’en profite pour vous rappeler qu’il vous reste jusqu’à minuit ce soir pour participer à mes concours d’anniversaire de Noël ! À bientôt mes cocos <3

 

Love – plumes – paillettes !

 

Commentez sur Facebook
facebook
twitter
googleplus

2 commentaires

  • Gomes
    25 février 2018

    Bonjour,moi j’ai arreter le tabac et l’alcool depuis le 1er janvier 2018 et j’ai zero manque ,je suis fiere de moi ,je suis sûre d’une chose …le plus simple est d’arréter l’association ( tabac / apéro ) en même temps pour ne pas avoir de manque .Maintenant j’ai une santé d’enfer ,le matin souvent je toussais ,je ne tousse plus et quel bonheur .Du coup je vous dit pas les économies que je fais.En plus de cet arrêt j’ai également stopper le café.Enfin le plus intérréssant c’est que je n’ai pas grossi du tout ,j’ai perdu du poid je suis ravie et compte bien ne plus jamais fumer cette cochonerie qui part en fumée et qui surtout troue le porte monnaie .J’espére que mon commentaire pourra aider beaucoup de personnes prêtent à faire le pas.Cordialement Christine

    • Charlie
      28 février 2018

      Bravo Christine !! Vous pouvez être super fière de vous !
      Et oui, je suis complètement d’accord avec vous, arrêter la cigarette sans alcool c’est mille fois plus facile !
      Après un an et demi, je ne ressens toujours aucun manque, aucune tentation 🙂
      Bravo et merci pour votre témoignage qui est en effet précieux :))

      À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés !

Recevez la newsletter avec mes dernières actualités sur le blog, les promotions ou les nouveautés sur la boutique !
 

Je m'inscris

Sur instagram