Réseaux sociaux
dans  SPIRIT

De la douceur… à lire

Publié par Charlie | Commentaires :2 | 18 mars 2015

Mes cocos, il y en a parmi vous qui réclament la suite des aventures de Charlie au pays de la douceur… Bordel !

J’avais dit « si ça vous intéresse… » et on dirait que ces cocos-là ont bien compris cet appel du pied : si vous voulez, je vous emmène avec moi… Le premier épisode, c’était en décembre 2014 : L’ANNÉE DERNIÈRE. Alors, passons aux choses sérieuses sans plus attendre !

Il faut savoir qu’avant septembre 2014, je ne lisais JAMAIS de bouquin de « développement personnel » : c’était vraiment un truc qui me rebutait et même me débectait un peu… Il suffit de visiter un rayon de la Fnac dédié à ce courant pour me comprendre un peu : on y trouve de tout et de n’importe quoi en quantité astronomique, comment savoir à qui se fier ? Et puis moi, mon truc, c’est la l-i-t-t-é-r-a-t-u-r-e, pas l’attrape-nigaud ! Voilà ce que je me disais, jusqu’à ce que ces deux livres me choisissent* pour lectrice, à un moment où j’avais un grand besoin d’eux.

L’observation de soi

meditation observation conscience amour depression

Le premier est arrivé sur mon chemin grâce à mon génial prof de yoga, Gérard, qui m’avait fait remarquer que j’étais dure avec moi-même, y compris dans une circonstance où douceur et bienveillance sont requises (à savoir, un cours de yoga). M’ayant vue fort déprimée, il m’avait conseillé de « mettre le mental à distance ». Je me souviens que ça m’avait franchement agacée, sur le mode « il est marrant, lui ! »
Peu après, il avait organisé une conférence par un élève de Lee Lozowick, Guy Ferré. Tout ce qu’il nous a raconté a pas mal résonné en moi et j’ai ressenti le besoin de creuser la question tranquillement, dans mon coin… Avec un bouquin, quoi !
Ça tombait bien, il y en avait quelques-uns sur une table, dans un coin… C’est L’observation de soi, l’éveil de la conscience de Red Hawk (un autre élève du fameux Lee Lozowick) qui m’a fait signe : j’aime beaucoup ce genre de motifs symétriques qu’on peut voir sur la couv’ (si ça a un nom, merci de partager votre savoir dans les commentaires !).
Il s’agit d’un « manuel d’utilisation » ponctué de sortes de poèmes assez humoristiques qui mettent en situation l’enseignement du chapitre. Ce livre m’a plus qu’énormément plût, il a ouvert une belle et grande fenêtre dans ma vie, et m’a accompagné partout à une période où même respirer était difficile. Le style est simple, le livre n’est pas très long, il y a des choses surprenantes qui font sourire, et l’ensemble est d’une profondeur paisible et insondable. Ce qui m’a inspiré confiance, c’est la répétition régulière : « ne me fais pas confiance, vérifie par toi-même ». J’ai été épatée plusieurs fois par la faculté de ce livre à « répondre » aux questions qui se soulevaient en moi au fur et à mesure de la lecture… Ça peut paraître évident, mais vu l’importance cruciale des questions, j’étais bien contente que le mec ait pensé à y répondre ! Ce qui m’a aussi séduite dès le début du livre, c’est le rassemblement qu’il opère de plusieurs courants spirituels qui me parlent.

Extrait 

« Connais-toi toi-même, Voyageur fatigué. (…)

Connais-toi toi-même est l’un des enseignements spirituels fondateurs de l’humanité. Des maîtres l’enseignent depuis qu’il y a des humains tels que nous les connaissons, avec un néo-cortex, un cerveau humain. Il était inscrit au fronton de l’École de Pythagore. Il était gravé au-dessus de l’entrée de l’Oracle de Delphes. Socrate l’enseignait à ses élèves, Krishna, Bouddha, Lao Tseu, Jésus, Rama, tous l’ont enseigné. Sur le chemin de l’éveil, cet enseignement était fondamental.

Et l’outil essentiel pour se connaître soi-même est la simple observation de soi. Bouddha l’appelle « méditation », Jésus l’appelle « être témoin », M. Gurdjieff l’appelle « observation de soi ». C’est une forme de prière sans mot. C’est de la méditation en action. Tant que je ne me connais pas moi-même, je suis mené par des habitudes que je ne vois pas et sur lesquelles je n’ai pas de contrôle. (…) Au lieu d’être conscient, je suis mécanique, inconscient, fait d’habitudes. L’habitude est inconsciente, sur pilotage automatique, sans volonté ni intention ; intérieurement, je suis endormi.

Qui plus est, du fait que je suis inconscient, que je suis une créature d’habitudes, je me fais du mal à moi-même, je blesse mes relations et mon environnement. »

Les mots clés à retenir

observation – absence de jugement – absence d’identification

 

Le pouvoir du moment présent

moment present meditation paix amour conscienceLe second est un best-seller de fou furieux, publié en 1997, traduit depuis en 33 langues, vendu à au moins 3 millions d’exemplaires…
Une de mes amies m’avait parlé de ce bouquin au tout début de l’été, me conseillant de l’offrir à celui qui partageait ma vie ; j’avais noté la référence et puis voilà.
Quelques mois plus tard, alors que je relis le bouquin n°1 (parce que je l’avais fini et que c’était une telle révolution que je ne pouvais pas l’abandonner déjà), je vais dîner chez un nouvel ami, et que vois-je sur ses étagères ?! Je vous le donne en mille : Le pouvoir du moment présent ! (Quel suspens, hein ! Vous ne l’aviez pas vu venir celui-là…) Je tilte immédiatement, et on procède à un troc en bonne et due forme, non sans qu’il m’ait prévenue que le type n’arrête pas de se répéter…

Pour moi, ce livre a bien complété le premier. D’un abord moins facile, plus fouillé, plus long… Il apporte toutefois plus de précisions sur certains points assez cruciaux, comme la relation de couple. Lui aussi conseille de ne pas le croire sur parole (toujours un bon point).

Extraits

« Il faut une certaine présence pour avoir conscience de la beauté. (…)

Au-delà de la beauté des formes extérieures, il y a plus. Il y a quelque chose d’indéfinissable qui n’a pas de nom. Il y a une essence intérieure, profonde et sacrée. Là où il y a de la beauté, cette essence transparaît d’une façon ou d’une autre. Elle ne vous est révélée que si vous êtes présent. Serait-il possible que cette essence indicible et votre présence soient une seule et même chose ? Cette essence indescriptible serait-elle là sans votre présence ? Sondez-la en profondeur et découvrez la réponse. »

« Le véritable salut, c’est la satisfaction, la paix et la vie dans leur plus grande plénitude. C’est être qui vous êtes, sentir en vous le bien qui n’a aucun opposé, la joie de l’Être qui ne dépend de rien d’autre que de lui-même. Il se ressent non pas comme une expérience passagère, mais comme une présence durable. Dans un langage religieux, on dirait que c’est « connaître Dieu » non pas comme quelque chose d’extérieur à vous, mais comme votre essence la plus profonde. Le véritable salut, c’est se connaître soi-même comme faisant indisociablement partie de l’Un temporel et sans forme qui confère à chaque chose l’essence qui l’anime. »

« À moins d’avoir atteint la fréquence vibratoire de la présence consciente ou jusqu’à ce que cela soit, toutes les relations, et en particulier les relations intimes, sont profondément faussées et en définitive dysfonctionnelles. Elles peuvent sembler parfaites pendant un certain temps, par exemple quand vous êtes amoureux, mais cette apparente perfection en vient invariablement à s’effriter quand les disputes, les conflits, l’insatisfaction et la violence émotionnelle ou même physique se produisent à un rythme de plus en plus fréquent. »

Les mots clés à retenir

Présence – mental – essence – ici-maintenant

 

Est-ce que vous avez lu l’un de ces livres ? Qu’en avez-vous pensé ? Sinon, est-ce que cet article vous donne envie d’en lire un ?

Bonne lecture – ou pas – mes poussins, je vous parlerai bientôt d’un troisième livre qui m’a beaucoup émue, car j’y ai retrouvé quelqu’un que je connaissais…

 

* Vous avez remarqué, vous aussi, que les livres vous choisissent ? Vous attendent sagement, pour vous faire coucou de l’étagère où vous les avez oubliés, le jour où… le jour où vous êtes prêts ! À les lire, les accueillir et faire un bout de chemin avec eux… Il y a les livres qu’on quitte, et ceux qu’on épouse… Haa, les livres…

Commentez sur Facebook
facebook
twitter
googleplus

2 commentaires

  • Trollbourrin
    19 mars 2015

    Lecteur assidu, mais préférant l’ombre, je passe en coup de vent dans un rai de lumière pour te féliciter. Décidément, j’aime beaucoup ce que tu racontes, et comment tu le racontes !

    Sinon, l’image qu’on peut voit sur la couv du premier livre est un exemple issu du test de Rorschach !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez connectés !

Recevez la newsletter avec mes dernières actualités sur le blog, les promotions ou les nouveautés sur la boutique !
 

Je m'inscris

Sur instagram