Réseaux sociaux
dans  SPIRIT

Trouver refuge dans la beauté du monde

Publié par Charlie | Commentaires :0 | 3 mai 2018

Ça fera bientôt 4 ans que j’ai fait la deuxième dépression de ma vie, celle qui a tout changé.

Comme ce n’était pas ma première fois et que c’était très aigu, j’ai reconnu très vite les symptômes : ce parpaing sur ma poitrine, l’absence d’appétit, l’incapacité à dormir ou les cauchemars, la sensation de chape de plomb, et le chagrin infini.

J’ai consulté un kinésiologue merveilleux qui m’a comme qui dirait rebranchée sur moi-même. Et puis il est mort après notre 4e rencontre. Ça a été un coup dur, mais mon amie Éloïse à qui je parlais de ce grand homme peu après sa disparition, m’a prêté L’homme qui voulait être heureux. Pas une grande oeuvre littéraire, non… Mais le sage, c’était Thierry ! J’en ai pleuré comme un bébé quand je me suis rendue compte que je devinais tout ce qu’allait dire le vieux balinais… Parce que chez moi, c’était un cinquantenaire marseillais !!

L’hiver dernier m’a fait l’effet d’une piqûre de rappel : même quand on croit qu’on a tout mis en place pour aller bien pour l’éternité, il y a des tempêtes qui se lèvent, et les lacs les plus calmes se transforment en océans déchaînés !
Je fais allusion, mais oui mais oui, à cette lecture de la Bible (qui ne nous rajeunit pas… C’était il y a 8 ans !!!)

En janvier, pendant deux semaines, j’avais régulièrement cette phrase en tête : « Take my pain away » (please !) Et je me suis tournée, comme quelques années plus tôt, vers des personnes que je pensais en mesure de m’aider et je n’ai pas toujours obtenu l’effet escompté… À part avec Carole Amelin, qui n’est pas la moitié d’une coach !! J’avais pris en photo ma tête après mon rendez-vous téléphonique avec elle, parce que c’était assez fou ! Bouille repulpée, rajeunie… J’ai qualifié cette conversation de massage d’âme, à juste titre à mon avis. Et ça m’a ouvert la porte sur quelques prises de conscience absolument cruciales pour moi, donc je ne dirais jamais assez merci à Carole !

Cette fois, le chagrin n’a pris le pas sur ma joie de vivre que pendant deux ou trois semaines au total, j’ai donc apprécié que j’ai beaucoup progressé. Et c’est très important de se le dire et de se féliciter, pour ancrer le positif.

J’ai pris conscience d’une ressource énorme, inépuisable, merveilleuse :

LA NATURE. 

C’est ce que je voulais vous dire aujourd’hui, peut-être parce que c’est jeudi.

C’était déjà dans Sissi Impératrice, mais comme toute vérité profonde, j’avais besoin de l’expérimenter et de la redécouvrir par moi-même : la forêt est ton amie, quelque soit ton chagrin, la nature te consolera.

J’appelle cela : trouver refuge dans la beauté du monde.
Depuis que j’habite en Bourgogne, c’est un bonheur très simple et il ne se passe pas une journée sans que je sois en contact avec la nature et sa beauté puissante et douce. Mon ostéo magicien me l’a d’ailleurs dit : « C’est très bien la Bourgogne pour vous… c’est doux. » On en reparlera de la Bourgogne, mon pays de cocagne…

Quand je suis triste, un peu déprimée, malheureuse ou même seulement très fatiguée, je prends au moins 5 minutes pour admirer la nature. Le coucher de soleil est mon remède chouchou. Devant un beau coucher de soleil, je ne doute plus de la douceur de la vie.

J’ai pris l’habitude depuis 4 ans de crier  M E R C I ! de toutes mes forces quand je suis émerveillée par le monde, et ça me remplit complètement d’une joie sereine et limpide… Essayez ! Et dites-moi si ça vous fait apprécier encore plus le moment 🙂

 

Sachez que ça marche aussi avec 

L’ART !

Un bon livre, une bédé merveilleuse de Théa Rojzman ou une promenade Dans la Forêt sombre et mystérieuse de Winshluss, admirer un tableau, relire Rimbaud, écouter du Beethoven ou du Rachmaninov… Pourquoi pas revoir une énième fois La Leçon de Piano (mamamiaaaa !) ou Shine (à ne pas confondre avec Shining !!) pour le bonheur de la musique et du cinéma ?

L’émotion artistique c’est un pansement sur l’âme, et c’est vachement mieux que les antidépresseurs.

Parfois, il suffit d’un bon Disney… Je dis ça, vous en faites ce que vous voulez ! Mais donnez-moi de vos nouvelles et racontez-moi : c’est quoi votre truc anti-déprime qui claque ?

Ce tableau de Théa Rojzman trône dans mon salon depuis quelques années maintenant <3

 

 

Commentez sur Facebook
facebook
twitter
googleplus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez connectés !

Recevez la newsletter avec mes dernières actualités sur le blog, les promotions ou les nouveautés sur la boutique !
 

Je m'inscris

Sur instagram